Contrairement à l’attitude de certain(e)s malpropres et autres « tombeaux blanchis au dehors avec des ossements pourris au-dedans » qui n’attendent que l’alerte à un quelconque danger sanitaire pour afficher un soi-disant respect aux mesures préventives prises, l’observation des règles d’hygiène et de propreté doit faire partie de la vie courante de la personne humaine. ( DR )

Oui, mais… !

Grâce au déploiement de notre dispositif spécialisé dont l’efficacité n’est plus à démontrer, nous nous sommes, dans le cadre de nos opérations "Investigations de routine", livrés à une petite observation des attitudes des un(e)s et des autres à travers le monde, pendant et à la fin de cette crise sanitaire provoquée par un vilain…dont nous ne voulons toujours pas faire l’apologie dans nos belles pages, et qui, Dieu merci et si heureusement, est en train de tirer sa révérence. L’on aura noté, ici et là, l’observation, parfois de façon obsessionnelle, des règles principales fixées par les professionnels du monde sanitaire, et souvent soutenues par les hautes autorités étatiques. De l’hygiène (lavage des mains), au port du masque en passant par la distance physique ou distanciation sociale si vous le voulez bien, rien n’a été négligé ! A y voir de près, nombreux et nombreuses sont ceux et celles qui ont fait preuve d’un respect, au doigt et à l’œil, de différentes mesures de prévention et de protection prises par les autorités compétentes. Même si nous devons à l’honnêteté de reconnaitre l’importance des mesures préventives et protectrices contre cette affreuse maladie, vous conviendrez avec nous qu’il n’y a pas que ce méchant…qui puisse « tuer en série ». Sans avoir cherché à devenir des « spécialistes en mortalité », nous nous sommes permis d’interroger certaines sources fiables afin d’avoir une idée sommaire de quelques causes hiérarchisées, et humainement parlant, de la mortalité dans le monde. Ce qui nous a permis de nous rendre compte que, depuis sa surprenante apparition jusqu’à ce jour, cette maladie qui a indisposé le monde ces derniers temps, n’a pas trôné à la tête de la liste de différentes causes mondiales de mortalité. Mais le respect voué, parfois de façon obsessionnelle par certains et certaines, à certaines mesures de prudence recommandées dans le cadre de l’alerte au danger qu’elle a présenté et qu’elle continue de présenter, notamment le port du masque qui, faut-il le relever, défigure et entame même les charmes faciales de ceux et celles qui en portent, a retenu particulièrement notre attention et mérité qu’on s’y attarde jusqu’à nous inspirer un petit commentaire nuancé, un « coup de gueule » corsé. Mettre au visage, et cela à longueur des journées, quelque chose qui non seulement vous rend méconnaissable mais aussi vous enlaidit jusqu’au point de donner même l’impression de vous museler, relève si pas d’un parcours de combattant mais d’un sacrifice énorme, d’un courage exceptionnel ! Que n’a-t-on pas vu certaines et certains en arborer avec « fierté » comme s’il s’agissait d’un article vestimentaire « griffé » et pousser même le culot jusqu’à « s’ériger en donneurs de leçons », prêts même à se battre, dans le port, par contrainte, de ce masque qui, quelle que soit la qualité du matériel utilisé pour sa confection, constitue un accoutrement facial dégradant ! Avez-vous respecté la consigne de lavage de mains ? Vous n’avez pas mal fait parce que l’observation des règles d’hygiène et de propreté doit, sans attendre une alerte à un quelconque danger sanitaire, faire partie de la vie courante de la personne humaine ! Avez-vous adopté, même par suivisme, le port du masque ? Vous n’avez pas mal agi non plus tant que cela peut empêcher l’infiltration, par vos narines ou votre bouche, de certains éléments nuisibles à votre santé !...Félicitations chère Madame ! Félicitations cher Monsieur ! Mais seulement, retenez une fois de plus que, Dieu merci, cette crise sanitaire va bientôt s’estomper et que les masques vont aussi tomber, dévoilant les vrais visages des un(e)s et des autres !

Encore une fois, tout en reconnaissant le bien fondé des mesures prises à titre préventif et protecteur, et en saluant le courage et l’obéissance, parfois aveugle, de celles et ceux qui en ont observé et continue d’en observer, en les exhortant à continuer de le faire tant que cela sera réellement nécessaire pour le bien, individuel ou commun, nous nous sommes vus en même temps dans l’obligation d’attirer l’attention des un(e)s et des autres sur le fait qu’il n’y a pas que ce vilain…qui puisse présenter un très grand danger pour l’humanité, qui puisse, encore une fois, « tuer en série » ! Mais qu’il y a d’autres pratiques nauséabondes tels le détournement des deniers publics, la corruption,…qui constituent non seulement de très grands dangers pouvant, en paralysant l’économie d’un pays par exemple, entrainer de très nombreuses pertes en vies humaines, de par les conséquences néfastes qu’ils puissent engendrer (difficultés ou incapacité pour l’Etat ou l’entreprise ou l’organisation,…de payer les salaires d’honnêtes citoyens et citoyennes, d'honorer ses engagements vis-à-vis des tiers,... absence de fonds pour la construction des infrastructures adéquates pouvant assurer valablement la prise en charge sanitaire, éducative, énergétique,…des populations,…). Madame, Monsieur, si vous ne l’avez pas encore compris ou faites tout simplement semblant de ne l’avoir pas compris, sachez d’ores et déjà que le détournement de fonds que vous opérez directement ou indirectement et à de différents niveaux, la corruption dont vous êtes l’un des acteurs principaux ou l’un des maillons de la chaîne,…engendrent des conséquences très négatives pour ne pas dire mortelles sur la vie des hommes et des femmes qui peuplent les différents pays à travers le monde ! Même si certains et certaines, qui sont souvent en retard sur les autres, cherchent encore et sans vergogne à exhiber leurs « soi-disant biceps » au moment où les autres ont déjà enclenché le processus de leur de-confinement progressif, soyez en sûrs, cette crise sanitaire qui a déjà assez fait parler d’elle va bientôt, Dieu merci, appartenir à l’histoire ! Vous comprenez bien alors que ce n’est pas pour autant une raison pour vous de baisser la garde de l’observation de bonnes pratiques, du respect scrupuleux de la chose publique, du bien commun ! Le contraire attesterait tout simplement que vous êtes de ces égoïstes, de ces « fausses » et « faux » qui se font passer pour des discipliné(e)s, des respectueuses et des respectueux de bonnes mesures que pour ce qui les arrange, que pour ce qui vise leurs intérêts personnels pour ne pas dire égoïstes !

 

Que les dignes hautes autorités, et non les indignes ; que les autres autorités compétentes, et non des irresponsables ; que tous les dignes citoyens et citoyennes, par opposition aux indignes bien sûr, épris et éprises de progrès et de justice, puissent, après avoir « prêché par l’exemple », et tout en n'oubliant pas que Dieu est le juste juge, traquer, décourager par tous les bons moyens, et mettre hors d’état de nuire, directement ou indirectement, tous et toutes ces hypocrites, tous ces « délinquants majeurs », quel que soit leur rang social, qui opèrent souvent en « solo » ou en « association de malfaiteurs » ! Ils constituent un réel danger public, une très grande menace pour la vie de très nombreux et nombreuses paisibles citoyens et citoyennes à de différents échelons ! Pour notre part, notre dispositif multifonctions est et reste en état « d’alerte maximale », et nous allons continuer à actionner nos différents leviers, même ceux, ce n’est plus un secret pour personne, qui dépassent l’entendement humain ! Et cela pour contribuer, subtilement et à notre façon, à la mise hors d’état de nuire effective de ces « bandits de grand chemin » qui constituent, pour plusieurs raisons, un très grand danger non seulement pour leurs propres pays mais aussi pour l’humanité toute entière ! A bon entendeur, un demi-mot suffit !

La rédaction

Ces soi-disant riches

Créer honnêtement de la richesse et en jouir sainement et sereinement n’est pas une mauvaise chose. Mais quant à se lancer dans une course effrénée pour, vaille que vaille, en acquérir, peut pousser à recourir même à des moyens malhonnêtes ou à perpétrer des sales coups afin de parvenir à ses fins. Nombreux sont aujourd’hui les pays de la planète qui sont le théâtre de grandes malversations perpétrées à de différents niveaux de responsabilité. Que ne voit-on pas un dirigeant ou un collaborateur, censé assurer une bonne gestion de l’argent public ou commun afin d’œuvrer au développement harmonieux de son pays, de son entreprise, de son organisation,…faire le contraire en se livrant, sans état d’âme, au détournement de l’argent de l’Etat, de l’entreprise ou de tout autre structure dans laquelle ils exercent une certaine responsabilité! Et cela, dans le but d’acquérir de façon illicite et en un temps record,  des biens personnels (véhicules, maisons, …), qui frisent souvent l’extravagance et dont ils n’auraient pas pu se doter dans le même délai avec leur salaire, gros ou maigre. Ces voleurs des deniers publics, des biens communs, ces spécialistes de l’enrichissement illicite arrivent même, par leur pillage systématique des caisses de l’Etat ou des coffres de l’entreprise,…à mettre leurs pays, si pas à genoux, alors dans des difficultés très sérieuses, les emmenant parfois dans l’incapacité d’honorer leurs engagements (paiement des salaires, règlement de différentes factures, …), préjudiciant ainsi de nombreuses personnes voire même des familles entières qui dépendraient essentiellement de l’argent généré par les différents services compétents de l’Etat ou par la production et autres réalisations de l’entreprise. Frisant la malhonnêteté et mentant souvent comme ils respirent, ces très mauvais gestionnaires, une fois installés dans leurs nouvelles fonctions de responsabilité, au lieu de penser à mettre en œuvre des stratégies idoines susceptibles de contribuer au développement réel de leur pays, de leur entreprise, de leur organisation, …, préfèrent ériger des circuits, établir des réseaux pouvant leur permettre de mieux commettre, et en toute impunité, leurs forfaits.

Manquant de patriotisme et dépourvus de tout sens de l’honneur et de la dignité, ces prédateurs des deniers publics ne se gênent même pas de ce que, à cause de difficultés engendrées par leurs détournements, leur Etat soit qualifié, à tort ou à raison, « d’Etat en faillite » ! Hypocrites, ressemblant à des « tombeaux blanchis au dehors avec au-dedans des ossements pourris », ils préfèrent souvent se montrer très disciplinés et respectueux, à la lettre, de consignes de prudence donnés, certes, par les autorités compétentes quand, par exemple, une alerte à un quelconque danger sanitaire est lancée ; et cela pendant que des appels au respect de l’argent et autres biens de l’Etat, de l’entreprise, de l’organisation, …, auxquels ils font la sourde oreille, ne leur disent absolument rien ! Souvent criblés de dettes qu’ils ne paient pas, pas parce qu’ils manquent de l’argent pour payer, mais plutôt à cause de leur mauvaise foi, ces professionnels de l’escroquerie, parce qu’ils aiment escroquer leur Etat, leur entreprise ou tout autre personne morale ou physique qui puisse s’aventurer sur leur chemin, sont souvent à la base des scandales financiers. Traduits et déférés un jour devant la justice, parce qu’il faudrait que la justice fonctionne normalement et fasse bien son travail, ces assoiffés, même pas de l’argent facile mais sale, souvent habitués aussi de la corruption, peuvent du jour au lendemain, comme tombant d’un piédestal, paraitre comme des « malpropres » devant les juridictions compétentes. Ces soi-disant riches se croient riches alors qu’ils sont tout simplement et réellement pauvres étant donné que « les biens mal acquis ne profitent jamais » !

La rédaction   

 

 

 

Une petite fille implore l’intervention divine

( Magazine international Découvertes,  La rédaction )

Quelqu’un disait : "chaque enfant apporte en naissant le message que Dieu n’a pas encore désespéré des hommes". Cette petite fille, semble dire quant à elle : "ô Dieu Créateur, j’implore ta miséricorde pour que cessent toutes les guerres et tous les conflits armés qui, comme en Syrie, en Irak, en Centrafrique, … ensanglantent le monde aujourd’hui et l’empêchent de connaître la paix véritable et durable à laquelle il aspire. Puisses-tu permettre particulièrement que le terrorisme qui continue à faire des victimes par des attentats ici et là, et l’immigration clandestine qui a assez endeuillé le monde et qui alimente aussi le trafic honteux et éhonté des êtres humains comme c'est le cas actuellement en Libye avec l'odieuse vente aux enchères des migrants, prennent fin et que les calamités du genre de la tempête Irma ne se reproduisent pas ! Fais, telle est ta volonté ô Dieu, que le bien l’emporte sur le mal, que tes créatures mènent une vie saine et non immorale, qu’il y ait l’intégrité morale pour la promotion de la bonne gouvernance, que tous ces dirigeants qui, après avoir mendié les suffrages de leurs peuples se mettent à acquérir mal leurs biens en détournant les deniers publics, cessent ces pratiques malhonnêtes, qu’aux différentes grandes rencontres internationales (G7, G20, …), les dirigeants de la planète arrivent à s’accorder sur les questions cruciales du moment, que le narcotrafic qui, s’accompagnant souvent du crime organisé, gangrène certains milieux du monde aujourd’hui soit anéanti, que la justice l’emporte sur l’injustice et l’impunité afin qu’il y ait le véritable respect des droits humains, que la vérité l’emporte sur le mensonge parce toi tu soutiens la vérité, étant donné que tu es la vérité, ô Dieu suprême ! »

 La rédaction

Arrêtez de vous suicider : la cigarette tue!

( Magazine international Découvertes, La rédaction )

(DR)

Les méfaits du tabac constituent un très grand danger pour la vie humaine en général et pour le cœur en particulier. En effet, sur les 14.400 décès imputables chaque jour au tabac dans le monde, un tiers est d’origine cardiovasculaire. Pour le cœur qui est le premier organe touché par la fumée de la cigarette, le tabagisme représente une menace deux fois plus importante que celle du cancer du poumon. Après les cancers, les maladies cardio-vasculaires et une multitude d'autres affections, il s'avère que les fumeurs seraient également exposés aux maladies neuro-dégénératives et particulièrement à certaines démences, comme la maladie d'Alzheimer. Le tabac, cause de décès d’une personne toutes les 6 secondes dans le monde, accroît le risque d'accident vasculaire cérébral (avc), qui par la suite peut provoquer une démence. Mais d'autres mécanismes comme le stress oxydatif des vaisseaux sanguins provoqué par la fumée de la cigarette participent au développement de la maladie d'Alzheimer. Très rapidement, le tabac perturbe le fonctionnement des artères. Il provoque des spasmes et la formation de caillots sanguins, de sorte que la circulation s'en trouve ralentie. Le monoxyde de carbone issu de la fumée, asphyxie les différents organes en se substituant à l'oxygène du sang. Dès ce moment-là, des troubles du rythme cardiaque peuvent apparaître. Sur le long terme, le tabac entraîne une détérioration progressive des artères, d'autant plus rapide que le fumeur présente d'autres facteurs de risque : diabète ou excès de cholestérol. Résultat, le risque d'infarctus du myocarde, d'accident vasculaire cérébral ou de mort subite est considérablement accru. Si l'arrêt du tabac permet à terme de retrouver des conditions de santé quasi-normales, le risque de cancer pulmonaire en revanche, persiste pendant des décennies.

Déjà esclave de la cigarette, on prétend à une soi-disant "solidarité" quand on est en manque et qu'on soit obligé de mendier, même un mégot!

Si l’on considère le chapelet des risques encourus par les fumeurs qui, devenus esclaves de la cigarette, se consolent d’une fausse « solidarité », l’on peut comprendre la justesse de la lutte antitabac et donner raison à l’Etat nigérian qui, il y a quelques années en arrière, avait intenté un procès contre les fabricants de différentes marques de cigarettes pour leur publicité excessive, surtout en direction de la jeunesse de ce pays, et qui avait exigé des milliards de Francs CFA d’amende. Arrêtez la mascarade qui vous pousse à vous enrichir sur le dos des victimes de ce « poison » et votre distraction par des écritures du genre « Abus dangereux pour la santé ». Pour notre part et comme nous l’avons déjà clamé haut et fort, le Magazine international « Découvertes » est « non-fumeur » et que nous n’accorderons même pas un infime encart dans nos pages pour promouvoir la cigarette en particulier et le tabac en général, que ce soit contre des milliards. La vie humaine est très précieuse et nous n’avons, que cela soit clair, que foutre avec « l’argent du sang ». A bas la cigarette ! La lutte anti-tabac continue !

La rédaction

Halte à l’immigration clandestine 

( Magazine international Découvertes, La rédaction )

Plus de deux cent migrants interceptés par la Marine maritime au large de Zarzis en Tunisie(image d'archives). (DR)

Nous avions déjà émis ce coup de gueule dans l’une de nos dernières éditions spéciales, au moment où l’immigration clandestine avait propulsé l’Afrique et l’archipel espagnol des Canaries au-devant de la scène médiatique. Mais face à l’ampleur qu’a prise encore ce phénomène dramatique à cause de la guerre en Syrie, en Irak, … et de la situation en Libye depuis la mort de Mouammar Kadhafi, nous remettons ça !  Dans le cadre de ce mouvement migratoire illégal et meurtrier, des Africains, essentiellement, qui jadis fuyaient les conditions de vie très difficiles dans leurs pays, sont rejoints aujourd’hui en masse par des refugiés venant du Moyen-Orient (Syrie, Irak, Afghanistan, …), fuyant la guerre qui déchire leurs pays. Tous tiennent, contre vents et marées, à rejoindre l'Occident, même au prix de leur vie. Ils s'embarquent ainsi dans des voyages maritimes périlleux, même à bord des pirogues de pêche si ce n'est de petits bateaux de fortune qui ne peuvent pas braver les vagues, souvent déferlantes et meurtrières de la mer ( l'Atlantique,…), pour atteindre l'eldorado européen dont , en plus des Iles espagnoles des Canaries qui ont défrayé la chronique quelques années en arrière,  la Turquie, l’Italie par son île de Lampedusa et l’Espagne, encore elle, par ses enclaves de Ceuta et Melilla, à la frontière terrestre hispano-marocaine, sont, malgré des mesures de verrouillage, les principales portes d'entrée. Ces aventures macabres qui sont organisées par des réseaux mafieux ou des passeurs peu scrupuleux qui profitent de la détresse humaine pour assouvir leur soif du gain par le trafic honteux d'êtres humains ont fini d'endeuiller non seulement l'Afrique mais aussi le Moyen-Orient qui génère le gros lot de réfugiés au jour d’aujourd’hui. Ces longues traversées qui se font souvent sur des frêles embarcations surchargées sont mortelles pour la plupart. Que des naufrages enregistrés, des corps noyés, ignorés des requins saturés de chair humaine, refoulés par les vagues sur les plages comme celui du petit Aylan, cet enfant syrien de 3 ans retrouvé mort sur une plage turque le 2 septembre 2015, après le naufrage d’une embarcation de migrants, alors qu’il fuyait avec ses parents et son frère aîné âgé de 5 ans la ville frontière de Kabané en Syrie. Que des corps de fois gonflés d'eau et flottants au large, rongés par le soleil et le sel ; des corps sans vie dont certains n'auront jamais de sépulture ni en Occident humaniste et généreux, ni en Afrique hospitalière et respectueuse de la personne humaine, encore moins au Moyen-Orient avec ce qu’il peut aussi avoir de valeurs positives. Face à ce tableau très sombre que nous n’avons peint que sommairement, il est temps d’agir, de trouver des solutions appropriées pour mettre fin à cette tragédie meurtrière. Ce n'est plus un secret pour personne que les causes fondamentales de cette immigration clandestine ou illégale sont la guerre, la pauvreté et les conditions de vie très difficiles ne permettant pas à des êtres humains de vivre dignement selon les droits légitimes de la personne humaine. Pour beaucoup de ces migrants clandestins, il est question, en fuyant la guerre et la misère, de trouver hors de leurs continents ou de leurs pays ce que ceux-ci ne peuvent leur offrir: la paix, du travail, ... Il est temps pour les dirigeants moyen-orientaux, africains et européens, de passer concrètement à l’action en arrêtant des stratégies efficaces et en mettant en œuvre toutes les mesures qui ont été préconisées après diagnostic, dans le but bien sûr d’éradiquer ce phénomène dégradant. Ce ne serait certainement pas à coups de discours ni de «larmes de crocodile», mais en s'engageant sincèrement dans des actions susceptibles de ramener effectivement, Dieu aidant, une paix durable dans les foyers de tension, d’initier et d’appliquer des politiques de réinsertion et de mettre en œuvre des projets de développement. Même si l’on note la grande sensibilité à cette crise de certains de ses dirigeants aux rangs desquels le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angel Merkel, l’on peut se permettre de dire aujourd’hui que face à ces flux migratoires, l’Europe ne sait plus où donner de la tête. L'Italie qui enregistre des vagues de migrants clandestins par son île de Lampedusa, l’Espagne par ses enclaves de Ceuta et de Melilla, la France qui est voisine à l'Espagne  et les autres pays de l'Union européenne dans le cadre de l'espace Schengen sont aussi exposés, … Il est donc dans leur intérêt à tous d’augmenter leur appui au développement dans le cadre de la coopération bilatérale et/ou multilatérale avec les pays africains et d’exercer une diplomatie vraiment agissante pour le retour, Dieu aidant, d’une paix durable dans les pays du Moyen-Orient déchirés par la guerre. Que les dirigeants des pays moyen-orientaux se fassent violence et enterrent une bonne fois pour toute la hache de guerre qui génère des conséquences multiformes très désastreuses. Et que ceux de l’Afrique fassent preuve de bonne gouvernance, veillent à la redistribution équitable des richesses de leurs pays et à l'utilisation judicieuse de l'aide au développement. Au lieu de la clochardiser, qu'ils créent des conditions d'épanouissement pour leur jeunesse qui est le symbole de l'avenir de ce continent aux potentialités économiques incommensurables.

 

A chaque naufrage, c'est des dizaines ou des centaines de migrants qui tombent dans l'eau, au péril de leur vie. (DR)

Que les candidats africains à l'immigration clandestine se rendent à l'évidence et ôtent la fausse idée d'un paradis en Europe. Qu'ils se méfient de toutes ces images illusoires qui leur sont miroitées, souvent par des passeurs sans scrupule et assoiffés du gain démesuré, et qu'ils se disent qu'il vaudrait mieux vivre dans son pays en paix et dans la dignité au lieu d'aller mourir bêtement en mer par noyade, de faim ou de fatigue. Que s'il faut voyager, la mondialisation l'autorisant, autant le faire par la voie indiquée et légale. En outre, qu'ils sachent que les sommes qu'ils épargnent souvent dans la douleur pour entreprendre ces voyages suicidaires qui se terminent la plupart du temps par la mort pourraient servir à monter de petits projets générateurs de revenus sur place qui, grandissant, pourraient leur permettre de se taper une place au soleil. Assez de l'immigration clandestine ! L'Afrique a longtemps pleuré ses fils et ses filles, emportés par cette folle aventure ! Et aujourd’hui, c’est le Moyen-Orient (Syrie, Irak, Afghanistan, …) qui lui ont emboité le pas. Au nom de la fraternité humaine et de l'amitié entre les peuples, arrêtons de nous jeter la pierre de part et d'autre et levons-nous, chacun en ce qui le concerne, pour mettre fin à cette tragédie par des moyens respectueux de droits humains, en ayant présent à l'esprit que « ce n’est pas en forçant les cigognes à quitter leurs nids qu'ils bloqueront l'arrivée du printemps. »

La rédaction